• Julie B.

Nous sommes des dynamos...

Ca fait longtemps que je n'avais pas écrit ici et pour cause, j'étais à l'arrêt sur le bas-côté. J'ai laissé la banane souffler un peu et j'ai lu, beaucoup, j'ai rencontré des gens bien chouettes, j'ai assisté à des cours en psychologie positive, pas mal puis en créativité, super, et j'ai commencé à réfléchir...Pourquoi, comment, quand, qui, mais, ou, et, donc, or, ni, car.

Sauf que je ne sais pas vous, mais moi, quand je réfléchis trop, je flirte avec le doute...Le questionnement permanent sur la vie, le sens, nos actes, le monde, les autres nous amène forcément à nous demander quel est le sens du bazar pourquoi agir et afficher le positif comme étendard quand le monde qui nous entoure ne se résume parfois qu'à un concours international de zizis. J'ai alors parfois l'impression d'être un saumon qui remonte la rivière...


- "Mais si si je vous assure par là c'est vraiment chouette, on y rit, on y est plus léger, on croit en les autres, en la vie, en la fraternité et la gentillesse, en l'optimisme et la bienveillance..."

- Ta gueule laisse-nous passer, le Covid, l'angoisse, le stress, les crop tops, Donald Trump, la solitude, la pluie et Wejdene nous poursuivent...

- "Oui je sais bien que nous rencontrons tous des difficultés dans nos vies et parfois même de la vraie souffrance, mais ne vaudrait-il pas mieux de serrer les coudes et avancer ensemble vers un chemin constructif, positif et solidaire ?"

- Ta gueule, il y a une promo Nutella chez Lidl."


C'est vrai que je me suis posée des questions.

La pensée, ce truc typiquement humain, est un magique. Nous sommes capables d'analyser, de créer, de rêver, d'imaginer, d'anticiper, d'organiser et puis parfois cette construction mentale se grippe. Nous commençons alors à supposer, à élaborer des hypothèses , à pré-supposer des choses étranges, bizarres, néfastes que nous finissons par croire, vraiment. C'est le poison de la peur crée par nos propres pensées ! Dingue...

Dans le best-seller de référence de Miguel Ruiz, "Les quatre accords toltèques" publié en 1997, l'auteur (chaman de son état), nous propose de passer avec nous-même 4 accords "visant à briser nos croyances limitatives", précise Maud Séjournant sa traductrice française. "Celles que nous développons depuis l’enfance, qui distordent la réalité et nous maintiennent dans la souffrance." À force de conditionnements culturels et éducatifs (sur ce qui est juste ou faux, bon ou mauvais, beau ou laid) et de projections personnelles (« Je dois être gentil », « Je dois réussir »…), nous avons intégré une image fausse de nous-même et du monde.

L'un des accords nous dit "Ne faites aucune supposition". Par exemple, un ami ne nous a pas dit bonjour ce matin, et nous imaginons qu’il nous en veut ! Selon Miguel Ruiz, c’est un « poison émotionnel ». Pour s’en libérer, il propose d’apprendre à mettre les choses à plat en exprimant ses doutes. Il s’agit de prendre conscience que nos suppositions sont les créations de notre pensée. Car dès lors qu’une hypothèse devient une croyance, nous élaborons un comportement de pression source d’angoisse et de stress.

Donc vraiment arrêtons de penser que, de supposer que, de faire des conclusions hâtives et moralisatrices. C'est de la pure croyance..et oui !

Mais alors que mon cervelet tournait dans ma boite crânienne comme un hamster dans sa roue courant après un bout de gruyère attaché à sa queue, j'entends une nouvelle chanson sur les internets : la nouvelle chanson de Ben Mazué "Quand je marche". Et ça a fait tilt !

Hep hep hep, j'en vois deux ou trois dans le fond qui vont me dire que c'est juste parce que je voulais parler de notre intense histoire d'amour platonique du 27 juin 2003...C'était l'été, il faisait chaud. Une première rencontre, un baiser sur chaque joue (2003 je le rappelle...soupir). Je me souviens des compos qu'il me jouait à la guitare dans son petit appartement du 13e, de nos rires étouffés et de nos discussions sans fin sur le compteur d'eau et le local poubelle...Il m'avait offert un verre d'eau du robinet tout en me faisant visiter la cuisine et l'entrée. Le loyer coûtait 500€... Un bien bon souvenir de visite d'appart à louer...Mais non, ça n'était pas ça dont je voulais vous parler...!

En fait plutôt de ces mots là :

"Stop ça y est,

j'arrête de penser,

je vais courir,

je vais marcher..."

...

Faut qu'je marche,

parce que je comprends quand je marche,

faut qu'je marche..."


Bon sang mais c'est bien sûr, se bouger y a que ça de vrai ! Arrêtons de trop penser, de se questionner, de faire des théories sur les répercussions de nos choix à venir ou passés...Parfois il faut se dire comme Ben "Stop ça y est, j'arrête de penser, j'vais courir j'vais marcher...". J'en avais déjà parlé dans l'article "Les 10 secrets pour être heureux", seules 10 minutes d'exercice physique peuvent améliorer votre humeur. Que ce soit du running, de la danse, du vélo, de la natation ou même de la marche, l'exercice physique est une des plus importantes clés du bonheur. C'est vrai qu'en ces temps de crise de confinite on passerait bien les trente prochaines minutes à à regarder Eva Longoria faire ses propres pâtes fraîches sur Instagram plutôt qu'enfiler un legging Kalenji mais pourtant les effets sur le moral seront nettement supérieurs. Si si.


La conclusion c'est que nous sommes des dynamos ! Plus nous sommes en action, plus nous participons à des activités variées en y investissant de l'énergie et de l'enthousiasme, plus nous profitons de la vie et nous sommes heureux :) Et dans une telle énergie et bonne humeur nous contribuons aussi à l'harmonie dans nos relations pros, persos et tutti. C'est le cercle vertueux de la dynamo, plus tu l'actives et plus tu brilles !


Je laisserai la conclusion de cet article à Félix Ravaisson, philosophe et archéologue français, parce que je n'aime pas que les roux j'aime bien aussi les hommes à favoris géants :


"Être c’est agir ; l’action est l’existence même."

(la preuve en image...)

Vous souhaitez recevoir la newsletter ou échanger ?

Laissez-moi un message

© 2020 by La Banane